Anna Fisher a commencé à ramer à l’université. Anna est également une navigatrice accomplie et a d’ailleurs représenté Hong Kong aux jeux Asiatiques de 2018.
Le 15 novembre 2020, Anna est devenue la première femme à terminer les 45km de l’Around the Island Race organisée par le Royal Hong Kong Yacht Club. Cette performance impressionnante a été réalisée sur un Liteboat LR1X pour le plus grand plaisir de l’équipe Liteboat, qui a pris soin de suivre Anna dans son aventure.

Bonjour Anna, tout d’abord bravo pour cette performance! Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur l’ATIR, cette course mythique, bien connue à Hong Kong?

Merci beaucoup ! L’ATIR est l’une des plus anciennes épreuves d’aviron d’Asie, 116 ans il me semble ! C’est une course annuelle basée à Hong Kong et l’un des plus grands événements d’aviron que nous ayons. L’ATIR est très populaire et attire beaucoup de rameurs car elle est différente chaque année. Les conditions de rame varient énormément et qu’elles soient bonnes ou mauvaises, c’est toujours une surprise! Vous pouvez également choisir comment relever le défi – soit en faisant un relai, 2 équipes traversent chacune la moitié de l’île, ou soit en choisissant de parcourir toute la distance. Dans les deux cas, il est possible de voir et découvrir l’île de Hong Kong de la plus agréable des manières… en ramant. Cela n’est pas donné à tout le monde !

Comment vous préparez-vous physiquement et mentalement à ce type de course?

Sachant que vous aviez un objectif bien défini et que vous étiez très suivie et attendue. Je pense qu’avoir déjà participé à la course auparavant m’a beaucoup aidé. Je savais que ça allait être très difficile par endroits, et que ça prendrait énormément de temps! (Rires) Physiquement, je me suis entrainée en salle, sur l’eau et sur le rameur. L’entrainement en salle de sport était destiné au développement de ma force musculaire. L’Aviron de mer pour m’habituer aux conditions côtières et le rameur pour de plus longues périodes de station assise et répéter le mouvement d’aviron encore et encore. Pour être honnête, cela m’a mis beaucoup de pression de savoir qu’autant de monde suivrai ma course, mais ça a également contribué à soulager mon stress, savoir que tant de gens me soutenaient et seraient là pour moi sur la ligne d’arrivée, c’était important. Je suis très reconnaissante pour tout le soutien reçu, ça m’a énormément boostée une fois sur l’eau.

Ce n’est pas la première fois que vous participez à cette course, mais c’est la première fois que vous la réalisez en solo sur un LiteRACE 1X. Comment vous êtes-vous sentie sur l’eau?

Faire l’ATIR en quad était bien plus facile qu’en simple, c’est certain! (Rires) Les conditions de course cette année étaient probablement les pires que nous ayons jamais eues. Il me semble que les officiels ont longuement pensé à annuler le départ. Comme prévu par les bulletins météorologiques, les conditions sur l’eau ont été terribles. Parfois, l’eau était relativement calme, à d’autres moments c’était très dur de ramer et le temps était capricieux. Il fallait être très concentré sur son coup d’aviron. Il est arrivé que le vent soit si fort (nous avions 25 nœuds + des rafales), que je sois obligée de m’arrêter et attendre un peu car je pouvais me faire très mal au dos en essayant d’avancer.

Photos: Colin Lee

Le LiteRACE 1X de Liteboat est-il un bateau que vous pourriez recommander à un compétiteur ou à un rameur confirmé, amateur de performance?

Avant de répondre, je pense qu’il est important de préciser que j’ai principalement ramé en rivières et eaux plates auparavant. Je recommanderai vivement le LR1X pour des conditions de mer avec vent et vagues. La météo lors de l’ATIR a malheureusement été très différente des entrainements que j’ai pu faire avec le LR1X, je pouvais me sentir surfer sur les vagues, c’est un très bon bateau d’aviron de mer. Lors d’un debriefing avec mon staff après la course, nous sommes arrivés à la conclusion que j’étais probablement trop légère pour le bateau. En effet, la météo désastreuse et mon faible poids, ne me permettait pas vraiment de traverser les vagues et le vent m’emportait. J’avais quelques difficultés à garder ma direction. Les bateaux les plus rapides à terminer la course avait un équipage plus lourd (entre 80 et 90kg), je fais 67kg. Cependant, une des grandes qualités de ce bateau est sa stabilité. Ma plus grande crainte été de chavirer, le LR1X n’a pas été inquiété par les grosses vagues contrairement à d’autres équipages, qui malheureusement ont fini à l’eau.

Quels sont vos futurs projets et que pouvons-nous vous souhaiter pour la suite de vos aventures?

Je déménage en France et j’ai hâte de découvrir toutes les opportunités qui s’offrent à moi ! Je suis également très pressée de rencontrer l’équipe derrière Liteboat. Ce serait super de pouvoir à nouveau ramer sur un LR1X ! En espérant que les eaux françaises soient plus clémentes que celles de Hong Kong ! (Rires) À côté de ça, je prévois également de participer à la régate Internationale Masters FISA qui se tiendra en Autriche fin 2021! Merci pour votre encouragements !

Merci beaucoup Anna pour le temps accordé, félicitations encore et nous nous réjouissons de vous rencontrer bientôt en France.

Photos: Colin Lee

Nos derniers articles